Remise en état d'une ondioline - boite d'attaque progressive


Les essais de son que j'ai pu faire au préalable l'étaient en court-circuitant la boite d'attaque progressive. C'était du tout ou rien.



La boite d'attaque progressive est peut-être la partie la plus compliquée à remettre en état et en même temps, c'est ce qui contribue au fait que l'ondioline soit si expressive.
C'est la petite boite qui est situé sous le clavier, hermetique aux parasite tellement c'est blindé, qui fournit un peu à la manière d'une pédale d'expression un contrôle de volume.

Seulement, voilà, outre le fait qu'elle soit rouillée, il y a de l'amiante à l'intérieur...Utilisée une peu comme resistance variable...
Mais impossible à conserver tellement elle part en lambeau de toute part.Et en plus, c'est cancérigène...

Elle sert donc de condensateur variable quand les armatures se rapprochent et de résistance variable.



En premier lieu, on dérouille la boite...Vive le vinaigre...

Le problème est donc de remplacer cette matière... Mais par quoi?
L'amiante présente des particularités bien spécifique... Cela ne conduit pas l'électricité quand cela n'est pas pressé, c'est plutôt un bon isolant.
Mais quand c'est compressé, cela présente une resistance de plusieurs MOhms. Le problème est de savoir de combien!
Pas trop d'info la dessus. Quand on cherche sur internet on trouve des trucs comme cela :

Mouais, bien sur, je vais remplacer cela par de l'acide, de l'eau ou des composants odorants :
cuminique
  1.(Chimie) Se dit de différents composés dérivés de l'essence de cumin.
      Gildemeister et Hofmann, ont isolé en 1888, de l'essence d'eucalyptus odorata, un aldéhyde qu'ils ont identifié avec l'aldéhyde cuminique.

Bref, je ne suis pas sorti de l'auberge... Comment remplacer une matière qui ressemble à de la fibre de verre mais qui est un peu conducteur?
Je prend mon Ohm-métre et je passe au crible tout ce que je peux avoir chez moi de fibreux, mousseux... En particulier la mousse électrostatique pour transporter des composants électronique.
J'avais lu des blocs qui indiquait cette matière... Mais rien, pas un seul petit Méga-ohms même compréssé à donf! Tout est isolant!

J'avais pour des recherches sur l'onde martenot lu la thése de Marguerite Jossic La solution était peut-être là : du mica broyé avec du graphite
Direction internet pour acheter des feuilles de mica et des crayons graphite:



J'utilise la méthode de Maurice! (Martenot) Je broie dans les vieux moulins à café qui me servent de décoration.
J'obtiens une poudre que je mélange et je fais quelques test : Résistance presque infinie non compressée et qui descent à 1Mohm quand c'est compressé.


Le tout maintenant est d'arriver à mettre cette poudre dans un compartiment.
La plaque qui sert à la fois de contact et d'armature de condensateur variable s'appuye sur des blocs en bois recouvert de métal et isolé par du tissus. Le tissus est évidemment mort et je décide de remplacer cela par une feuille de plastique bien plus isolante.
Seulement voilà, le bloc de bois est recouvert d'aluminium par dessous et la feuille de plastique fait que le tout se comporte comme un condensateur :


Je décide donc d'enlever l'aluminium en dessous et ne garder que la partie supérieure qui fera contact


Je découpe dans une chute d'aluminium une plaque à la bonne dimension que je bombe un peu pour qu'elle rentre en contact plus facilement avec l'armature mobile


Je remplis alors mon tampon avec la poudre de perlinpimpim magique de M'sieur Martenot


Je recouvre le tout avec ma plaque, et je remonte dans la boi-boite!
Mais cela ne fait pas trop contact quand j'appuye sur l'armature. Alors je scotche du papie aluminium froissé sous l'armature.
Et là ça a l'air de marcher en tout cas à l'ohm-métre.


Il reste à remonter la boite et faire des tests en réél.
Mais à ce propos, il y a une petite astuce. L'armature mobile est fixée avec une vis...
Mais à chaque fois que l'on appuye dessus, la vis a tendance à se dévisser.
Il y avait une tige bizarre en oblique dans le boitier et je me demandais à quoi elle pouvait bien servir

Tout d'un coup, tout s'éclaire, cette tige empeche le boulon de se barrer!
Comme je commence à adorer la gaine thermoretractable, j'en rajoute une petite couche pour éviter que ca glisse.
Ca coince encore mieux le boulon, il n'est pas prêt de partir




Je refixe sous le clavier la boite d'attaque et j'allume l'ondioline...
Ca marche, mais l'attaque n'est pas vraiment progressive avec ce système
Il y a des saut de sons. En fait, le principe de la poudre n'est peut-être pas trés adapté à un si faible volume, le débattement n'est que de 5mm environ

Je décide de faire un test sans la poudre en ne gardant que les armatures pour faire condensateur variable et en l'isolant avec de la mousse trés fine.
Il ne faut pas que les deux armatures se touchent en fin de course, sinon c'est là aussi une saute de son inévitable!


Cela fonctionne déjà plutôt bien sans l'amiante.
En tout cas, maintenant, l'amplitude du son est progressive en fonction de l'enfoncement. Comme je n'ai pas d'autres ondiolines sous la main, je ne peux pas comparer...

J'ai quand même essayé un système à base de LDR pour gérer l'amplitude de l'enfoncement


Une led eclaire la LDR et est positionné de telle manière que la touche relaché, la LDR n'est pas éclairée.
Un petit carton permet d'accentuer l'éclairage ou non de la LDR.


Au final, la LDR a une résistance trop faible même non éclairée et transmet trop de son... On perd toute la dynamique.
Cela fonctionne moins bien avec que sans alors... Redémontage, et j'enlève tout ça.
Je ne garde au final que l'effet capacitif qui semble largement suffisant si l'épaisseur de l'isolant est assez fin.

Accueil Ondioline
Vue d'ensemble
Le bloc clavier
Le bloc clavier, la suite
Le bloc oscillateur
Les cables blindés
La boite d'attaque
La boite de filtre
Les vidéos